Mal au pied ? Le point de vue de l’ostéopathe



Jean Baptiste FromentLe pied et ses turpitudes, aussi éloignés soient ils de la tête et de son occiput, n’en font pas moins partie de la même merveilleuse machine, le corps humain. Et s’il est des thérapeutes qui envisagent le corps humain dans son ensemble, dans son infinie complexité et dans sa haute sophistication, les ostéopathes se classent certainement à l’avant garde de cette catégorie de praticiens de santé. Pour mieux comprendre le pied, et saisir l’influence énorme que ce petit rouage peut exercer sur l’ensemble du mécanisme, nous avons fait appel à l’un d’entre eux, Jean Baptiste Froment. Cet ostéopathe passionné nous initie à l’approche globale du mal au pied, telle que les pères de l’ostéopathie la conçoivent.

I. Ostéopathie, des pieds à la tête

1. Pourriez vous nous définir l’ostéopathie ?

Je vais répondre à vos questions sur l’ostéopathie, le pied et le mal au pied avec mon point de vue et ma façon d’aborder les choses.

Il faut savoir qu’il y a de grands principes qui régissent l’ostéopathie mais que malgré ça il y a autant d’ostéopathie que d’ostéopathes. Ces principes ont été mis en place durant la deuxième moitié du XIXème siècle par l’américain Andrew Taylor STILL et sont les suivants :

  • LE CORPS EST UN TOUT
  • LA STRUCTURE GOUVERNE LA FONCTION
  • LE PRINCIPE D’AUTOGUERISON

L’ostéopathie est une thérapie exclusivement manuelle abordant le corps dans sa globalité de la tête aux pieds.

OstéopatheDurant une consultation l’ostéopathe va commencer par une anamnèse afin de prendre contact avec le patient, parler du motif de consultation, des signes associés et de son passé médical.

Ensuite il va procéder à une observation statique et dynamique.

Puis par une série de tests ostéopathiques, (médicaux ou orthopédiques si nécessaire) l’ostéopathe va rechercher des zones où il y a une restriction de mobilité.

Une fois ces informations récoltées l’ostéopathe va faire converger l’anamnèse et les tests afin de trouver l’origine du problème en utilisant ses connaissances anatomiques et physiologiques.

Puis il va choisir dans sa caisse à outils comprenant des techniques ostéopathiques ( ostéo-articulaires, musculaires, fasciales, viscérales, crâniennes, fluidiques voir même émotionnelles ) afin de redonner de la mobilité aux zones clés de la façon la plus adaptée à chaque patient.

Ce regain de mobilité va permettre un retour à la physiologie, un état d’équilibre appelé homéostasie. L’ostéopathie est donc à la fois curative et préventive.

Pour soulager le mal au pied, pensez à équipez vos chaussures de semelles

2. En quoi l’ostéopathie se distingue-t-elle de la kinésithérapie ?

A la différence de l’ostéopathie, la kinésithérapie ne va pas aborder avec autant de globalité le patient. D’ailleurs les motifs de consultation sont différents souvent post traumatiques, post opératoires ou pour des troubles fonctionnels.

L’objectif est la rééducation (musculaire et fonctionnelle), la musculation et le travail proprioceptif. Donc des zones plus spécifiques aux motifs de consultation seront traitées.

Le kinésithérapeute dispose également de machines contrairement à l’ostéopathe qui n’utilise que ses mains. Ce qui lui permet de s’occuper de plusieurs personnes à la fois.

Le kinésithérapeute fait des massages (masseur kinésithérapeute) que ne fait pas l’ostéopathe.

Pour oublier le mal au pied, testez le massage du masse pieds

II. Mal au pied et Ostéopathie

3. En tant que spécialiste des os, pourriez vous nous expliquer l’approche du pied en ostéopathie ?

Baby Feet - Cellar Door FilmsComme vous avez pu le lire dans la petite définition de l’ostéopathie, notre action sur le corps ne se restreint pas uniquement aux os contrairement aux idées reçues.

En ce qui concerne l’approche des pieds en ostéopathie je commence dans un premier temps par répertorier les antécédents le plus souvent entorse et fracture. Je cherche ensuite à savoir s’il y a d’éventuelles gènes ou douleurs résiduelles. Je demande aussi si le patient porte des semelles orthopédiques. Si oui pourquoi.

Puis dans un second temps je passe à une phase d’observation en position debout en regardant la posture globale et s’il y a un affaissement au niveau des voûtes plantaires.

En savoir plus sur les semelles pieds plats et pieds affaissés

4. Et en cas de mal au pied ?

Si le patient se plaint de mal au pied, de douleur au niveau des pieds ou des chevilles, je vais lui demander de réaliser des mouvements actifs pour essayer de mettre en évidence d’éventuelles structures ligamentaires, musculaires ou osseuses en dysfonctions.

NB si le patient porte des semelles orthopédiques j’effectuerai une observation comparative avec et sans les semelles pour voir la répercussion sur la posture.

Ensuite dans un troisième temps, je teste l’ensemble des articulations du corps en me focalisant particulièrement sur les zones mise en évidences durant les mouvements actifs.

Durant la phase de test, les articulations sous-talaire, le talus, l’articulation entre le cuboïde et le naviculaire, le mouvement antéro-postérieur de la malléole externe et le mouvement os par os supérieurement et inférieurement sont généralement testés.

Enfin, je vais normaliser les restrictions de mobilité puis observer de nouveau le patient en position debout. Refaire les mouvements actifs pour voir s’il y a eu une amélioration.

Pour une position debout sans mal au pied, découvrez les talonnettes

email

Have your say